Akane et le dragon (Partie 3)

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Akane-et-le-dragon.jpg.

Catégorie :

Fantastique/Merveilleux

Auteur :

Capsyko

Résumé : Akane est une jeune fille originaire d’une contrée reculée du japon médiéval. Un jour, elle rencontre un marchand d’armes blanches qui lui parle de l’art du chambara, le maniement du sabre japonais. Il l’invite à suivre les enseignements de son maître à lui, ce que Akane accepte. Elle part alors à la rencontre de ce vieux maître et suit assidûment sa formation. Jusqu’à ce qu’elle apprenne que ce maître cache de lourds secrets.

Akane et le dragon (Partie 3)

– Du calme, jeune fille, du calme ! lui dit-il après qu’elle ait fini son récit.

Il sortit alors un grand parchemin en papier de riz, et lui raconta alors la réelle légende.

– Tu vois, Fumihira n’a pas réellement combattu le dragon. Il a simplement aspiré son âme grâce au pouvoir du sabre. C’est ainsi que le dragon céleste est devenu le dragon infernal, ce qui lui conféra un pouvoir total sur les agissements du dragon. Fort de ce pouvoir, Fumihira l’envoya décimer les populations et détruire les constructions. Lorsque les citoyens furent au bord du désespoir, il se présenta en sauveur du peuple, faisant stopper, toujours grâce à son pouvoir, le massacre causé par le dragon. Depuis des générations, le sabre est transmis de père en fils parmi la descendance de Fumihira. Ils s’en servent pour asseoir leur légitimité, et maintenir leur statut de lignée de héros. Mais depuis des générations, ils se servent de ce statut pour garder leur pouvoir. Ils soudoient les hommes politiques, perçoivent une grande partie des impôts et décident de nombreuses lois proclamées par le pouvoir. Ils s’accaparent les richesses du peuple et exercent un contrôle total des populations, dirigent les forces armées et enferment les éveillés qui cherchent à savoir la vérité, qui doutent de Fumihiro. Daichi a volé le sabre afin de le détruire, afin que cet argument manque à la famille de Fumihiro pour continuer d’exercer le contrôle sur le peuple. Un trop grand et trop sombre pouvoir est contenu dans ce sabre.

Akane lui montra alors le sabre détruit. Le marchand ferma alors les yeux et se mit à pleurer.

– L’âme du dragon a, elle aussi, été brisée. Daichi voulait que le sabre soit emmené au volcan du Kujiwa, où la lame et l’âme seraient séparées. Voilà pourquoi il cherchait un dernier apprenti.

Akane sentit un pincement dans son cœur. Daichi avait préféré mourir et briser l’âme du dragon plutôt que de voir le sabre encore aux mains de ses descendants. Elle rentra chez elle. Retrouva toutes ses affaires, nettoya toute la poussière de sa maison et se débarrassa de tout objet superflu. Elle médita ensuite dans sa maison bien plus épurée qu’auparavant.
Au matin, elle avait pris sa décision. Elle se rendit à la forge et acheta quatre lingots d’or. Elle joignit les deux parties du katana ensemble à l’aide d’un treuil et déversa l’or dessus. Après quelques heures de travail, sortit un nouveau katana à la lame dorée, immaculée, assortie au manche d’origine avec ses détails fins et magiquement dessinés. Elle se rendit aux portes du village, siffla un coup et l’on vit approcher à l’horizon Eita, qu’elle chevaucha. Elle mit le cap au nord, vers le volcan du kujiwa. Arrivée près du cratère, elle sortit le katana, le tendit vers les cieux, avant de le lâcher dans la lave, la lame pointant vers le centre de la terre. Une énorme fumée blanche sortit alors du volcan, dessinant petit à petit la forme d’un dragon gigantesque, fin et long comme un serpent, au visage majestueux, presque effrayant. Lorsque toute la fumée fut dissipée, il n’y avait plus qu’un grand dragon arborant une magnifique couleur or. Il exécuta une sorte d’envolée dansée, comme pour remercier la jeune fille.

Depuis ce jour, on observe parfois, dans les contrées du japon, un combattant mystérieux chevauchant un loup blanc à la longue queue sinueuse, survolé par un dragon d’or. Partout où ils passent, les récoltes sont nombreuses, les habitants sont heureux et la paix, immédiate et durable. On dit que le pouvoir du dragon céleste, couplé à la foi d’une jeune femme à la pureté sans faille, ont eu raison de la malédiction des Fumihira.

FIN

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.