Appel d’air (Partie 4)

Appel d'air

Catégorie : Littérature sentimentale

Auteur : Chiaramarino

Résumé : Une vieille dame aux prises avec le Vide à qui il finit par arriver de belles choses…

Appel d’air (Partie 4)

– Ce sera Calypso. Elle a déjà pris mon cœur, et ne me laissera pas partir comme ça…Comme Calypso a retenu Ulysse.
– Mais elle a fini par le laisser partir, je crois ?
– Dans sept ans, j’aurai soixante-quinze ans… Je resterai avec elle, même si je ne serai pas immortelle.
Les deux cousines se regardèrent, sourirent.
– Je vais t’aider à l’installer. Je te laisserai aussi ce petit panier.
– Oh, merci Charlotte !
Toutes trois passèrent l’après-midi ensemble, et les deux femmes laissèrent Calypso découvrir l’appartement, pour sortir afin de compléter son installation. Quand Charlotte quitta Joséphine, cette dernière avait le cœur content. Et encore davantage quand Calypso la rejoignit au lit pour la nuit. Joséphine ne cessait de l’admirer. Elle fut toute surprise d’entendre réclamer le chat, le lendemain matin. Et pas de simples caresses… Malgré cela, Joséphine était sous le charme. Elle retourna au lit avec un livre, et se sentait déjà mieux. L’étreinte sur son cœur lui pesait moins. Elle s’en aperçut quand Calypso revint. La petite chatte alla se blottir contre elle, lui pelotant la poitrine à travers la chemise de nuit. Joséphine savait ce que cela voulait dire, et la laissa faire, malgré les griffes à moitié sorties, comme des petites pointes sur son sein. Elle ferma même les yeux, sensible au ronronnement de l’animal, se disant « ce petit chat me traite comme si j’étais sa mère ». Les battements de son cœur s’apaisaient, elle qui, depuis des jours, combattait le Vide en elle. Et puis elle se rendormit.
Joséphine se réveilla une heure plus tard, et fut étonnée de voir de l’eau sur ses draps, tant d’eau ! Elle crut avoir rêvé, jusqu’à ce qu’elle aperçoive le chaton endormi à ses pieds. Elle l’admira encore. Malgré la présence de l’eau sur elle, sur sa poitrine, sur les draps, elle se sentit comme jamais auparavant. Une fois debout, Joséphine constata qu’elle-même était réchauffée, qu’elle avait le cœur tout léger. Elle rayonnait, en buvant son thé : elle avait vaincu le Vide. Grâce à l’initiative de Charlotte, et surtout grâce à Calypso.
Mais ce petit bonheur n’arriva pas seul. Joséphine s’enhardit, puisque ses cousins, et son frère, insistaient, et elle trouva un club pour personnes âgées. Certes, cette dénomination la faisait tiquer, mais là, elle réapprit à broder, et surtout elle rencontra des gens de son âge autour d’un Scrabble. Au bout de quelques temps, elle commençait à connaître ses partenaires, et se rendit compte de la présence, de plus en plus près d’elle, du boute-en-train de service, Léopold. Il aimait bien la taquiner sur son sérieux, sa concentration alors qu’ils jouaient au Scrabble. Et Joséphine se laissait faire, riant de ses blagues, se déboutonnant de plus en plus.
Un jour que Léopold gagna la partie de Scrabble, il demanda une faveur à Joséphine : un baiser sur le nez de celle qu’il regardait de plus en plus amoureusement. Joséphine fut très surprise, mais accepta. Le chatouillement de sa barbe lui plut, elle se dit que c’était encore mieux que les petits coups de patte de Calypso. La surprise fut encore plus grande quand, tout de suite après, Léopold mit genou en terre, « malgré mon arthrite ! » pour lui dire qu’elle était la dame de son cœur.
– Tu sais, lui dit-il en sortant du club ce jour-là, moi aussi j’ai eu ma part de drames… Ce qui fait la différence, c’est la confiance et la bonne humeur. Resteras-tu auprès de moi ?
– Déjà ? s’étonna Joséphine. Tu es vraiment surprenant… Et mon chat ?
– Eh bien, présente-moi la jolie Calypso ! Moi aussi j’aime les chats. Avec leurs petits bouts de nez, ils sont craquants !
Joséphine rosit, et se laissa faire… Calypso aussi. Elle gratifia même Léopold d’un petit ronron, l’adopta aussi – assurément, il savait s’y prendre avec la gent féminine ! Et Joséphine put faire le plein d’amour jusqu’à la fin de ses jours, humain et félin.

FIN

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.