Bonheur en kit

Avertissement : déconseillé aux moins de 16 ans.

Bonheur en kit

Avertissement : déconseillé aux moins de 16 ans.

Catégorie : Aventure/Action

Auteur : Lafaille

Résumé : Une petite fille s’aventure un peu trop loin de chez elle.

Avertissement : déconseillé aux moins de 16 ans.

 

Bonheur en kit

Je courais je courais vite, suivant ce ballon à toute vitesse, et même essoufflée je continuais de plus belle, perdant la notion du temps. Et a fortiori, de l’espace. Depuis que maman était tombée enceinte, elle ne s’occupait plus de moi, j’étais abandonnée à mon imagination.

Je suivis ce ballon, innocemment je croyais en un autre monde, plus beau, et guidée par le joujou de mon chien Mozart, je ne mesurais pas à quel point il était bon ce temps où je pouvais courir sans être inquiétée. Et même si ce monde n’était pas parfait, il ne représentait pas de danger.

L’enfance est bien innocente parfois.

On voulait m’envoyer en pension, loin de mes représentations rassurantes. Pourquoi m’abandonnait-on en si bon chemin ? Pas de destin autre pour les femmes en cette période d’avant-guerre que d’être soumise et humiliée quotidiennement par son mari. Devenir comme maman, jamais. On voulait se débarrasser de moi. Pauvre petit Poucet sans cailloux. Abandon déguisé.

Courir me permit de quitter un moment cette dure réalité que je ne voulais voir, et le ballon s’échappait avec moi, cachant les secrets de l’enfance. Le soleil tapait, accompagné d’un léger vent méridional, le cœur battait accompagné des ombres inquiétantes et sourdes des arbres, le temps n’existait plus, l’espace n’existait pas. Je courais si vite qu’il m’arrivait parfois de quitter le sol pour rattraper mon ombre, celle qui ne m’appartenait pas encore, encore plus inquiétante car plus familière. En suivant ce ballon, en fuyant ces ombres menaçantes, je me poursuivais, je me cherchais. Et tandis que cette amie de maman lui conseillait de m’envoyer en pension pour faire de moi une future et parfaite épouse, cette promesse d’un bonheur en kit livré avec mode d’emploi à toutes les femmes de l’époque, construite de toutes pièces par cette phallocratie, heureuse d’avoir toujours le dessus sur leurs épouses esclaves, je m’envolais ailleurs, sans futur mari, sans maison témoin.

Le ballon s’enfonça peu à peu dans l’obscurité du bois, s’arrêta net, butant sur les pieds d’un homme rassurant, les ombres disparurent, moi avec.

Tromperie du monde, ravage, mutilation. J’aurais préféré ce bonheur dont tout le monde parlait.
Les ombres m’avaient pourtant prévenue, menaçantes, j’aurais dû fuir ou retrouver maman, et même si elle ne me désirait plus parce qu’elle attendait mon petit frère, c’était pas si grave, une fois grand, elle serait revenue vers moi.

Mais l’enfance est curieuse.

Je ne retrouverai jamais mon ombre, aucune chance de se retrouver lorsque vous êtes blessée pendant l’enfance.
Je n’allai pas en pension mais fus conduite à l’hôpital le jour même. C’est Mozart qui me retrouva, inerte et couverte d’ecchymoses, il hurla à la mort. Il avait retrouvé son ballon.

J’aurais préféré vivre un bonheur en kit.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :