Publicités

Chaque couleur a sa place (Partie 1)

Avertissement : déconseillé aux moins de 16 ans.

Chaque couleur a sa place

Avertissement : déconseillé aux moins de 16 ans.

Catégorie : Fantastique/Merveilleux

Auteur : Chloé Garcia

Résumé : Dans un monde où la couleur de peau définit nos goûts et nos habitudes, comment faire pour savoir qui l’on est et ce que l’on aime vraiment ?

Avertissement : déconseillé aux moins de 16 ans.

 

 

Chaque couleur a sa place (Partie 1)

 

 

Le choix m’avait semblé évident. Le rouge m’avait marquée lors de ma cérémonie et je l’avais choisi en mon âme et conscience. Nous ne faisions qu’un et je ne pouvais plus vivre sans ces fruits écarlates délicats. J’adorais les fraises raffinées du verger de mes voisins, je raffolais des tomates de mon jardin et je me régalais de toutes les baies vermeilles possibles et imaginables que j’arrivais à m’octroyer au supermarché ou au hasard des chemins.

Mes parents avaient eu du mal à accepter cette situation. Violets, ils m’avaient toujours pressentie comme l’une des leurs et prenaient cela pour une défaite. Nous nous étions quelque peu éloignés mais je restais leur fille adorée, celle qu’ils gâtaient toujours, maintenant avec des cerises ou des framboises, plutôt que leurs éternelles prunes répugnantes.

Notre société était certainement la plus fantasque de tout le royaume. On nous surnommait les Arcs-en-ciel. Peu imaginatifs, les étrangers nous appelaient ainsi à cause de notre grain de peau qui variait du rouge au violet, en passant par de nombreuses autres couleurs fantaisistes. Cela dépendait de ce que nous décidions de manger lors de notre passage à l’âge adulte, après six années de découverte des aliments et de leurs bienfaits. La magie opérait alors et nous n’avions plus besoin que de certains ingrédients pour vivre, notre corps se métamorphosant également, tout en prenant petit à petit sa couleur définitive.

Le rouge représentait ma vie, mes repas, mes plaisirs et qui j’étais. Je ne jurais que par cela, et pourtant, cela ne semblait pas me combler au plus profond de moi. J’avais besoin de goûter à d’autres saveurs et le seul moyen de me le permettre était le sexe. Je l’avais compris bien tard, après avoir essayé, à de multiples reprises, de dévorer de drôles de légumes verts ou jaunes, qui m’avaient rendue malade et qui avaient fini leur vie à la poubelle. Je n’avais jamais parlé à personne de ce malaise et mes parents ne savaient rien de mes déprimes coutumières. J’avais pris mon envol et vivais mes propres aventures, me sentant à part, et ne comprenant pas pourquoi je ne pouvais être heureuse, comme tous les autres.

Je me rendais régulièrement au bar de l’Angle pour y découvrir les nouveaux spécimens de la région, et ce soir-là ne fit pas exception. Tous les nouveaux venus et les touristes y passaient obligatoirement pour y goûter les spécialités du coin. Mon soda fraise à la main, je parcourus la salle du regard et le vis qui me regardait. Sa peau noire m’attirait inexorablement, tout comme ses magnifiques yeux verts et son parfum chocolaté. Le désir monta et je m’approchai avec subtilité, me déhanchant de manière qu’il puisse admirer mes attributs féminins. Le pourpre que j’arborais scintillait et attisait sa propre faim. Je pouvais le lire dans son regard. Comme moi, il semblait curieux et ne devait pas être à la recherche de son âme-sœur, une personne de sa couleur.

Je m’assis près de lui et nous comprîmes rapidement que seul le plaisir nous appelait l’un à l’autre. Alors, je le menai chez moi. Je le déshabillai avec fougue, le léchant avec envie et goûtant chaque parcelle de son corps mis à nu. Il fit pareil avec moi et je me sentis voler. Ses mains étaient fermes quand elles passaient sur ma peau avec délicatesse. Le rouge lui monta à la tête et il devint plus sauvage, déchirant mes derniers vêtements et me faisant tomber sur mon lit avec fracas. Ses doigts continuèrent leur danse autour de mon cou, ma taille, mes hanches, mes jambes, alors que sa langue me brûlait la peau. Il me mordit les bras et les cuisses, avide de sentir mon parfum fruité sur ses lèvres. Je massai tranquillement ses muscles saillants alors qu’il se délectait de moi.

– Je n’aurais jamais pensé que ton goût me conviendrait, lâcha mon bel étalon dans un souffle saccadé. Cela ne m’était jamais arrivé d’apprécier autant une Rouge. J’ai si faim de toi !

Je le fixai intensément et me penchai pour lui mordre l’oreille. La saveur du chocolat m’envahit de nouveau mais ne me combla nullement. Contrairement à ce qu’il venait de me dire, je n’étais pas spécialement adulatrice de sa saveur. Je m’en contenterai, comme à chaque fois. J’avais surtout besoin de physique.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.