fbpx
Publicités

Jésus aime jouer au baby-foot (Partie 5)

Jésus aime jouer au baby-foot

Catégorie : Aventure/Action

Auteur : Lafaille

Résumé : Après avoir été cobaye pour l’État, un homme se retrouve enfermé à son insu dans un hôpital psychiatrique. Pris au piège, il fait tout pour rester optimiste face à la situation.

Note : Les délires et les incohérences des services de l’État, et de l’institution psychiatrique.

 

 

Jésus aime jouer au baby-foot (Partie 5)

 

 

Jour n°3

Je me réveille dans une nouvelle chambre, je ne me souviens pas. Le lit d’à côté est vide, je suis soulagé. Trop vite. Un grand monsieur entre dans la pièce, il a de beaux cheveux longs bouclés, des tâches de rousseur, et une barbe rousse elle aussi, mal taillée. Un viking des temps modernes dans un hôpital psychiatrique, finalement mon voisin m’est sympathique.

– Ben, c’est ça ?

Il s’assoit sur le lit et me sourit, ne lâchant pas son regard du mien, il me fait flipper comme ça.

– Oui c’est ça… dis-je, intimidé.

– Vous nous avez fait une sacrée peur, Ben.

– A qui ça ?

– A moi, et aux autres.

– Quels autres ?

– Je vois.

Il se lève, se dirige vers la porte, se retourne vers moi avant de la franchir.

– Moi c’est Jésus…, me dit-il. Venez Ben c’est l’heure des cachets.

Je sors du lit et me précipite derrière lui, nous longeons le long couloir menant au salon, nous croisons une jeune femme, maigre, mais jolie, un fantôme au paradis. Elle fait un mouvement répétitif de la main gauche devant son visage. Jésus la salue, et nous reprenons notre route.

– Pourquoi elle fait ça ?

– Quoi ?

– Ce geste de la main.

– Ah tu parles de Simon, car figure-toi Ben qu’elle, Simon, est un homme.

– Ah… ? T’es sûr ?

– Non, je blague Ben.

– Ah… ! Et alors elle fait quoi avec sa main ?

– Elle voit la réalité…

– C’est génial, elle est géniale cette fille, elle s’appelle comment alors si elle ne s’appelle pas Simon ?

– Angel…

– Génial, c’est énorme Jésus.

Jésus me sourit, j’ai un ami dans cette affaire, me dis-je enfin. On prend nos cachets, les infirmiers regardent au fond de nos bouches pour contrôler notre bonne volonté. Personne n’ose cacher les cachets dans un coin ou dans le creux d’une dent creuse depuis qu’un des nôtres a tenté le coup et a atterri directement sur le lit à électrochocs. On ne l’a plus jamais revu.

– Dis donc Jésus, dit l’infirmier en chef, tu n’embêtes pas ce pauvre Ben j’espère ?

Il n’a pas le temps de répondre que je réponds à sa place, Jésus ne fait que hausser les épaules entre deux hurlements, provenant du fin fond du couloir.

– Jésus ne ferait pas de mal à une mouche, dis-je à cet infirmier si sûr de son apparence qu’il m’est insupportable de le regarder.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.