fbpx
Publicités

Journal aléatoire d’un alcoolique en sevrage (Jour n°14, Partie 14)

Avertissement : déconseillé aux moins de 16 ans.

Journal aléatoire d'un alcoolique...

Avertissement : déconseillé aux moins de 16 ans.

Catégorie : Biographies et Autobiographies

Auteur : Lafaille

Résumé : Un homme tente de soigner son addiction.

Note : Journal d’un homme au bord du gouffre, dépressif, et alcoolique.
Avertissement : déconseillé aux moins de 16 ans.

 

Journal aléatoire d’un alcoolique en sevrage 

Jour n°14 (Partie 14)

 

Fout-Le-Camp et moi, on a dégusté ce steak saignant, un vrai régal. Sauf qu’après, je n’ai pas supporté, j’ai vomi. Encore. Même pas le temps de le digérer.

Du sang et encore du sang, la bile d’un abstinent, je vous jure que c’était pas beau à voir. Fout-Le-Camp a tout nettoyé. Brave chien. Gentil ce clébard, y’a pas à dire, il n’a peur de rien.

Aujourd’hui, il pionce, il ne réclame même pas sa sortie, il est sage, c’est un ange, c’est ma femme. Non arrête ça, tu ne vas pas recommencer, traiter ton chien de femme, non c’est pas gentil pour lui ça. Oh putain, arrête, une horde de féministes va débouler chez toi et t’arracher les tripes. Non, elles ne lisent pas les féministes, elles parlent. Arrête, tu vas te prendre une mandale, un direct bien placé pour un boxeur qui ne boxe pas. Pas de risque, elles ne vont pas lire mes conneries jusqu’au bout, elles ont d’autres chats à fouetter : l’épilation ou comment être une femme avec des poils ? Des discours à propos de l’Amouuuuuuur, le polyamour, elles appellent ça comme ça, et je ne parle pas des féministes lesbiennes, la vache, elles en ont un combat à mener. Elles ne sont pas là pour rigoler.

Bref… le polyamour ou comment être une salope sans devoir se justifier et risquer les injures ? Pfff, franchement déjà aimer une personne c’est trop compliqué, alors une multitude, je ne sais pas, en plus elles ont du temps ces bonnes femmes pour baiser à tout vent. Une perte de temps ou comment faire sa liste de courses en se faisant culbuter ?

Moi j’ai pas le temps, j’arrête de boire. Qu’elles arrêtent de m’emmerder avec leur profondeur sur l’existence, leur bienveillance et leur espoir, des culs-bénis finalement, elles vivent dans un temple mais elles ne le savent pas. Oh putain, je sens que je vais avoir des problèmes.

Ah Fout-Le-Camp se réveille, franchement mon pauvre vieux j’ai merdé quand j’ai dit que t’étais ma femme, quelle horreur. T’es bien plus, et beaucoup moins emmerdant.

Allez viens mon vieux, on s’arrache lécher le bitume.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.