fbpx
Publicités

La dame d’Amsterdam ou le restaurant (Partie 3)

Catégorie :

Littérature sentimentale

Auteur :

Ericlelab

Résumé :

Un couple dîne dans un restaurant d’Amsterdam. L’homme qui s’ennuie un peu observe discrètement une femme qui dîne seule.

La dame d’Amsterdam ou le restaurant (Partie 3)

Le charme ? Entre autres : une attitude fugace, un geste gracieux, une harmonie particulière, une densité dans le regard ou une douceur dans les yeux, une force retenue, une fragilité à fleur de peau, un sourire sincère, une façon de respirer ou de se tenir, une manière d’écouter ou de parler, un style, un moment de vérité, de vraie personnalité. Une envie d’un moment. La beauté n’appartient qu’à celles et ceux qui la détiennent, le charme est défini par les autres pour celles et ceux qui le méritent. Donc, c’est infiniment supérieur.
Le charme est un moment superbe, important, constructif, enthousiasmant… La personne qui le possède n’a rien créé d’ostentatoire : voilà une vraie générosité. C’est « l’autre » qui le sait, le comprend, le voit, et presque, le décide. Un sourire, une façon de remettre ses cheveux, un mouvement de visage, du corps, un sourire ; des moments qui sont exactement comme – et c’est rare – les mots ou les attentions que l’on attend de quelqu’un, que l’on souhaite au plus profond de soi et qui arriveraient exactement comme on le voulait. Un regard, surtout un regard. L’intensité et la force du regard. Le charme est un moment espéré. Un besoin. Une attente.
Je me disais qu’en regardant ce qu’elle avait choisi de manger, j’en saurais plus. J’explique ce raisonnement improbable forgé pour la circonstance dans ce restaurant : soit elle commandait un repas assez simple, ce qui signifierait qu’elle est plus ou moins habituée à ces lieux et qu’elle mange ce soir de façon banale. Elle est seule ce soir et plutôt que de dîner seule, elle préfère dîner ici. Soit elle commande un repas de fête donc elle n’est pas une habituée. Alors, d’où vient-elle ? Pourquoi seule ? Problème dans ce raisonnement qui ne se tient absolument pas mais qui me convenait : on est un soir de réveillon. Être seule un soir de réveillon n’est pas comme être seule un autre soir. Les lacunes de mon raisonnement apparaissent dans toute leur force réductrice d’autant plus que ce que j’ai pu apercevoir de sa commande n’a pas éclairé ma démarche. Il fallait donc partir sur d’autres faits plus tangibles tout en participant à la conversation et à la joie du voyage de ma compagne, joie partagée par ailleurs. Je me détachais régulièrement de mon inconnue pour participer à la bonne humeur et au plaisir de notre journée à Amsterdam.
Les canaux apportaient à cette ville une quiétude inhabituelle pour moi, bien qu’il y eût un fort trafic de piétons et vélos, les fameuses bicyclettes de cette ville. Nous arrivions toujours à nous excentrer volontairement des axes battus pour nous perdre dans une ruelle, une venelle discrète et charmante. Aux coffee shops inintéressants, aux sinistres vitrines du quartier De Wallen, plus connu sous le nom de Red Light Discrit ou encore Quartier Rouge, faussement touristique mais réellement lamentable, nous avions arpenté d’autres endroits, marchant longuement pendant la journée éclairée d’un soleil jaune pâle. Nous admirions particulièrement les maisons à pignons dont les différentes formes permettaient de dater assez précisément l’époque de la construction pour peu qu’on veuille s’y intéresser.
Et si quelqu’un lui téléphonait ? Et si elle téléphonait à quelqu’un ? Observer son visage, sa façon de prendre ou de se précipiter ou non sur son portable, comment parlerait-elle ? Serait-elle émue ? Joyeuse ? Inquiète ? Distante ? En colère ? Rires ? Larmes ? Il fallait absolument que cet événement se produise, il me permettrait de continuer son histoire. Mais pourquoi n’appelait-elle personne ? Pourquoi personne ne l’appelait ? Elle ne pouvait être seule à ce point. Téléphoner dans cette atmosphère bruyante et gaie n’était pas envisageable. Donc, elle n’appellerait pas du restaurant. Donc une opportunité s’effaçait.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.