La petite histoire sans suite (Partie 1)

Catégorie : 

Aventure/Action

Auteur : 

Madoumapeter81

Résumé :

L’amour brûlait entre nous. Mais de là à passer aux choses sérieuses, c’était compliqué.

La petite histoire sans suite (Partie 1)

Dans la file d’attente où je fus comme guidé par un instinct en retournant la tête de l’autre côté où se trouvait la seconde vague elle aussi en attente, je pus remarquer une jeune demoiselle au teint noir brillant. Potelée et de taille moyenne comme je les aime, elle avait retenu mon attention à un degré considérable.

Je semblais de plus en plus perturbé au fur et à mesure qu’on avançait. Vint alors ce moment où elle aussi posa son regard plutôt aigu sur moi, à la seule différence qu’elle ne semblait pas attentionnée ni même intentionnée comme je l’étais.

Sentant mon regard la harceler, elle avait fini par être attentive. Elle devait certainement se sentir très importante. Ce qui n’était d’ailleurs pas faux.

Je la vis entrer dans une sorte de bougeotte. Elle se ventilait avec son petit éventail plus qu’elle ne le faisait plus tôt. Chacun de ses gestes était anticipé d’un regard vers ma personne. Et quand elle se mordit les lèvres, je compris qu’elle était accrochée, qu’elle avait mordu à l’hameçon.

La file d’attente avançait et je prenais de la distance. Moi qui ne savais pas parler en public parce que réservé et un peu timide, je la voyais m’échapper. Je me voyais la perdre.

Les deux mètres de distanciation qui séparaient sa colonne et la mienne ne m’avaient pas empêché de déterminer le nombre de personnes qu’il y avait entre elle et moi si jamais elle était appelée à rejoindre mon rang. Trois personnes environ.

Une fois à l’intérieur de l’agence, elle aussi fit son entrée avec quelques minutes d’écart. Et pendant que j’apportais de l’aide à une autre demoiselle d’une trentaine d’années, je pus sentir le poids de son regard sur mes épaules.

En me retournant, je constatai que mon impression était juste. Car je la vis retirer ce regard qui suscitait davantage mon attraction.

Je continuais de montrer à la trentenaire comment remplir le formulaire qu’elle avait dans les mains. Une fois fini, elle occupa la place qui était la mienne, devenant ainsi celle qui me suivait ; ce qui était le contraire selon l’ordre d’arrivée.

Pour moi, elle l’avait fait en guise de remerciement. Ainsi je passerais au guichet avant elle. Comprenez qu’à l’intérieur aussi c’était la queue, à la seule différence que là-bas nous étions assis.

J’étais la prochaine personne qui devait être servie. Alors que je l’avais déjà oubliée parce que je me demandais ce que pouvait bien penser la première demoiselle, j’entendis :  » Aujourd’hui je suis avec vous partout où vous passez « . Je la regardai de façon neutre avant de dire que j’avais hâte de finir.

Il fallait bien que je dise quelque chose pour ne pas qu’elle se sente mal. Je n’avais pas tort de le penser car par la suite je la vis sourire dignement.

Et pendant que je vérifiais mes billets de banque, elle fut appelée pour être servie à son tour. En moins d’une minute, j’avais fini et je lui dis :  » Passez une bonne journée « .  » Ne m’attends-tu pas ?  » me dit-elle. Et moi de répondre :  » Je suis dehors, je t’attends « .

Je jetai un dernier coup d’œil sur la première qui fronça les sourcils. Mais tout compte fait, j’étais sorti. Je ne pouvais rien pour elle. Comme on le dit fréquemment,  » les premiers seront les derniers « . Eh bien c’est ce qui était en train de se passer avec mes deux demoiselles.

Elle sortit (la seconde, bien entendu). Elle me fit signe de patienter le temps pour elle de dire au revoir à certains de ses collègues qui étaient loin d’avoir fini. Je jugeais mieux d’être distant de tout ce monde.

Finalement la première demoiselle sortit à son tour et vint en ma direction, passa à moins d’un mètre de moi. Et comme je lui adressais mon bonjour, elle me traita d’imbécile avec beaucoup de mépris.

J’avais compris son problème mais malheureusement je ne pouvais toujours rien pour elle. Elle s’était certainement bourrée d’espoir et d’imagination. Et c’était parti pour une histoire comme beaucoup d’autres. Celles qui n’avaient pas de suite.

Enfin vint la deuxième demoiselle alors devenue la première.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s