La princesse de la mer (Partie 1)

Catégorie : 

Fantastique/Merveilleux

Auteur : 

Chiaramarino

Résumé :

Que peut-on faire d’une sirène rebelle ?

La princesse de la mer (Partie 1)

La toujours jeune maman ramena les algues sur son œuf, avec des gestes fort délicats. Il ne lui restait plus qu’à attendre la naissance. Ce n’était pas sa première fille, elle savait comment cela se passait. Tout naturellement, Kyria posa un bras autour de l’œuf sans le faire tomber, s’assurant de l’autre main que les éponges pourraient amortir une éventuelle chute, et elle se mit à chanter. Une chanson douce, comme une berceuse marine. Autour d’elles, quelques poissons circulaient et, au loin, un baleineau cligna de l’œil, ce qui voulait dire « alors toi aussi, tu sais chanter… ». Kyria, sans s’interrompre, se dit qu’une si jeune baleine n’avait probablement jamais vu d’êtres de son espèce… Plus elle chantait, plus elle souriait, et elle lui fit un petit signe. Mais le baleineau s’éloigna, sans doute pour aller poser des questions à sa maman sur la faune qui peuplait la mer… Pensant à cela, Kyria improvisa une chanson. Elle devait rester là, pour vérifier que rien ne casserait son œuf avant terme. Elle pensait notamment aux requins-marteaux, bien empotés avec leurs drôles de gueules, et sujets aux gaffes en tous genres. Il y avait aussi les espadons, qui ne se méfiaient pas assez de leur appendice non plus. Kyria avait vu de tout, dans son éternité, mais elle, elle restait jeune et belle, sa poitrine toujours ferme, sa queue, pas très longue, d’un joli bleu-vert scintillant dans l’eau. Un corps parfait pour la nage, et pour séduire et attirer ceux qui peupleraient le fond des mers pour les aider un peu pour tout. Et sa voix ensorcelante… Il lui fallait tout de suite y préparer sa nouvelle fille. Alors Kyria se mit à chanter encore et encore, raconter des histoires, même des contes de la terre. Dans leur communauté, on aimait conter cela, mais à présent le monde se transformait plus vite qu’avant, si bien que tout devenait rapidement légende…
L’œuf éclot enfin, sous la caresse de la jeune maman. D’abord, il se fendilla, laissant échapper un bout de queue, puis, de l’autre côté, un petit poing apparut. Emue, Kyria regardait la scène, hésitant à toucher le petit être. Les naissances de ses filles étaient une expérience à part, dans son éternité. Elle ne portait pas longtemps ses œufs, ou du moins le croyait-elle, et ceux-ci n’en mettaient guère plus à éclore. Enfin, toute la queue se dévoila, d’une teinte bleu-gris. Puis les bras poussèrent la coquille, et Kyria vit les seins déjà formés de sa petite fille. Tout était là, à sa place, il ne lui restait plus qu’à grandir.
– Bonjour. Tu es ma petite Ida.
Le bébé-sirène sourit, se retourna dans sa demi-coquille, bailla, et Kyria éclata de rire.
– Azour, mam’ !
Kyria rit encore.
– Tu veux dormir ?
– Non !
« Celui-là, elle a su le prononcer », se dit Kyria en souriant… Puis elle tendit les bras, prit sa fille contre elle, qui ne tarda pas à attraper le sein nourricier. Kyria s’allongea sur le fond, et ferma les yeux, se sentant tout simplement bien. Mais après son repas, le bébé-sirène battit un peu des bras, et s’endormit là, contre sa maman.
– Tu vois mon Ida, que tu avais envie de dormir…
Et elles restèrent là, toutes deux, jusqu’à la fin de la sieste. Les poissons autour d’elles les laissaient en paix, Kyria s’empêchant de dormir elle aussi, un doigt sur la bouche, un bras autour de son bébé. Au réveil, ce dernier voulut quitter le giron de sa mère, à moitié endormie. Mais comme Ida bougeait, Kyria sortit de sa léthargie, et la rattrapa d’un coup, alors que la petite éclatait de rire.
– Ida, voyons, ne me fais pas peur…
– Mais mam’ ! ‘est quoi ce… ce truc ?
Ida désignait un requin-marteau qui évoluait presque sur le sable du fond de la mer.
– C’est un requin-marteau. Il est rigolo, n’est-ce pas ?
Ida approuva, et :
– Je peux aller voir ?
– Non ! Tu es trop petite.
La petite fit une jolie moue, et Kyria décida :
– Viens, je vais te montrer les mers. Mais tu ne lâches pas ma main !
– Vi mam.
– On dit : « Oui maman ».
– Wou… oui, mam… an. Maman.
– Plus tard, tu verras comment je nage. Nous ferons des arrêts, tu mangeras et tu dormiras. C’est un véritable petit voyage. Mais tu apprendras beaucoup.
Ida sourit, et :
– Alors on y va !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.