fbpx
Publicités

Le bal des perfusés (Partie 2)

Catégorie :

Littérature sentimentale

Auteur :

Lafaille

Résumé :

Une adolescente va à l’hôpital rendre visite à sa mère malade.

Note :

Attention, cœurs sensibles et fragiles s’abstenir !

Le bal des perfusés (Partie 2)

Essoufflée, je parviens à l’étage, dos courbé, mains sur les hanches, et tête penchée en avant, je reprends mes esprits.

Quelques secondes passent, peut-être une minute, une infirmière passe, elle va me chercher un verre d’eau puis m’accompagne jusqu’à la porte de la chambre où se trouve le crabe grignotant un peu plus ma mère chaque jour. Elle me souhaite du courage, essaye tant bien que mal de me rassurer mais je sais au fond de moi qu’une fois cette porte franchie, rien ne sera plus comme avant.

Je recule une fois de plus devant l’inévitable, et m’engage vers une cafétéria aménagée avec fauteuils et coussins multicolores, distributeurs de boissons chaudes, snacks et barres chocolatées. Un espace fumeur est agencé à l’extérieur. Une chose que j’ai apprise ici, c’est que dans les hôpitaux, on fume beaucoup. Personnels soignants et visiteurs s’en donnent à cœur joie. Certains patients qui viennent d’être admis ou qui viennent de sortir de leur bulle nous rejoignent. Mais ils ne sont pas nombreux dans ce cas. Le crabe a eu raison de leur tabagisme.
Alors que je m’apprête à franchir la ligne de démarcation où de l’autre côté se trouve un ersatz de ma mère, j’entends un air de musique.
Dans leurs plus beaux costumes, accompagnés de leurs danseuses métalliques sur roulettes, les danseurs dansent sous le son des instruments à cordes, entamant une walkyrie spatiale et cosmique. Subjuguée par mon imagination, je reste immobile, incapable d’ouvrir la porte de cette chambre où est enfermée ma mère nuit et jour.

Je ne sais pas si ce jour-là j’ai rêvé cette scène mais c’est certain, ce jour-là j’ai perdu ma mère.

FIN

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.