fbpx
Publicités

Le fantôme de la baignoire (Partie 2)

Avertissement : déconseillé aux moins de 16 ans.

Avertissement : déconseillé aux moins de 16 ans.

Catégorie : 

Horreur/Paranormal

Auteur : 

Margotte625

Résumé : Un jeune couple s’installe dans une maison hantée…

Avertissement : déconseillé aux moins de 16 ans.

Le fantôme de la baignoire (Partie 2)

Perplexe, je me dis que ça doit finalement être une erreur de ma part. Je referme alors la bonde et je reste à regarder pour m’assurer que la baignoire se remplit bien.
Comme rien ne semblait anormal cette fois, je m’en vais à la recherche de serviettes de toilette dans les cartons encore entassés dans le salon.

Une fois en bas, je ressens un froid encore plus intense que précédemment, à tel point que j’en frisonne presque. De plus, une immense sensation de tristesse m’envahit à nouveau, comme le jour de la visite de la maison.
Je me sens si triste que je m’écroule sur le canapé et me mets à pleurer sans vraiment comprendre pourquoi.

Puis, je remonte à la salle de bain. Comme un zombie, je savais ce que mon corps faisait, mais j’avais l’impression de ne plus vraiment le contrôler.

Ensuite, il y a eu un trou noir, je me souviens avoir vu la baignoire remplie de sang, d’avoir hurlé et le matin, je me suis réveillée dans mon lit.

Lorsque, dès le lendemain matin, j’ai raconté cela à Stéphane, il a ri en disant que les hormones de grossesse me faisaient faire de drôles de rêves et qu’il ne m’avait pas entendue crier, ni même senti que je m’étais levée dans la nuit.

Puis, je suis descendue pour préparer le petit déjeuner et là, dans le salon, j’ai vu déversé sur le sol le carton de serviettes de toilette. J’ai alors su que je n’avais pas rêvé. Mon étrange nuit était bien réelle !

Je n’ai rien dit à Stephane. J’ai attendu qu’il parte travailler. Pour ma part, j’avais fini ma mission d’intérim chez le psy et devais de toute façon, débuter mon congé maternité.
J’avais donc tout le loisir d’explorer ma nouvelle maison.

Une fois que je me suis retrouvée seule, je suis retournée dans la salle de bain. Rien d’étrange ne m’y attendait, jusqu’à la nuit suivante…

Je fus encore réveillée pile à deux heures trente du matin, prise par l’envie irrépressible de prendre un bain. C’était encore plus puissant que la veille. Presque comme si quelqu’un venait m’ordonner dans mon sommeil, de me lever pour aller me faire couler un bain !

Une fois devant la baignoire, je reste figée et stupéfaite. Je ne suis pas seule dans la pièce, je vois clairement qu’une femme est déjà dans la baignoire à nouveau remplie d’une eau rougeâtre. Elle pleure en me regardant et murmure entre deux sanglots : « Sauve-toi ! ».

Mon cœur s’emballe, je n’ai jamais eu aussi peur !

Puis, à nouveau le trou noir pour me réveiller au matin dans mon lit.
Stéphane était parti assez tôt et pour un déplacement professionnel et ne reviendrait pas avant le lendemain matin.

Je suis restée toute la journée tétanisée par le souvenir de ma nuit et encore plus terrifiée à l’idée que j’allais passer la suivante toute seule dans cette maison. Surtout, que c’était le jour de la fameuse fête d’Halloween. Je trouvais donc cela d’autant plus propice à l’angoisse qui m’habitait déjà.

Le soir venu, voulant retarder le plus possible le moment d’aller me coucher, malgré la fatigue qui m’envahissait, j’ai longuement dessiné dans mon bureau sous les combles, jusqu’à ce que l’on sonne à la porte.

J’ai alors pensé à des enfants venus réclamer des bonbons. De toute la soirée, j’avais observé par la fenêtre des gamins se baladant dans le coin et s’arrêtant à toutes les maisons voisines, mais bizarrement, personne n’était encore venu sonner chez moi.
Je suis vite allée ouvrir, trop heureuse de voir enfin quelqu’un et de me sentir un peu moins seule.

Mais lorsque j’ai ouvert la porte, personne. Juste une effrayante citrouille d’Halloween déposée sur mon paillasson. Citrouille sur laquelle il était écrit : « Sauve-toi ! ».

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.