Le lac du dragon (Partie 1)

Catégorie :

Fantastique/Merveilleux

Auteur :

Capsyko

Résumé :

Un dragon que l’on n’avait jamais vu bouger, jusqu’au jour où…

Le lac du dragon (Partie 1)

Les enfants savaient qu’il s’agissait d’un dragon. Les adultes savaient que c’était un dragon. Les chiens, les chats, les oiseaux savaient que c’était un dragon. Mais personne ne le craignait. Car il n’avait jamais bougé d’un pouce. Comme si, même en grimpant dessus, en le piquant avec des bâtons ou en écrasant ses oreilles avec de grosses bottes en caoutchouc, rien n’y ferait.
C’est lors de nuits étoilées, lorsque les étoiles scintillaient dans un ciel bleuté, lorsque les enfants dormaient paisiblement et que les grandes personnes occupaient la soirée avec une tasse de cacao dans un fauteuil moelleux et rembourré, que les légendes de « comment le dragon est apparu » naissaient. Personne ne savait de façon sûre comment le dragon était arrivé là, ni même quand. De nombreuses versions existaient, cela dépendait de la famille qui racontait l’histoire. Mais une phrase mettait tout le monde d’accord :
« En des heures sombres, le dragon se réveillera,
Et créant un lac, le village il sauvera… »

Un jour, une grande sécheresse tomba sur le village. La source, à cinq kilomètres de là, se trouva rapidement tarie. Les rues commencèrent à se vider, toutes les plantes mouraient les unes après les autres. Il n’y avait plus d’eau dans les gouttières. Toute la journée, tout le monde avait extrêmement soif, et chaque jour était un combat à mort pour trouver un peu d’eau. Peu importait le prix. De nombreux habitants étaient très malades et tout le monde était faible. Les agriculteurs même n’avaient plus la force de travailler dans les champs. Fort heureusement, il restait les marchands ambulants qui permettaient aux villageois de trouver un peu d’eau et un peu de nourriture lorsqu’ils étaient de passage.

Environ six mois après le début de la sécheresse, un jeune archer du village, surnommé « Loup » à cause de ses dents pointues et acérées, passait un peu de temps avec ses amis. « Que j’ai soif ! », dit loup. « Pas toi, Percy ? » Percy était un diminutif de Perceval, la mère de Percy vouait un culte à l’histoire du chevalier. Percy, grand amateur de jeux d’argent, réfléchit un moment et demanda à Loup :

– Et qu’est-ce que tu ferais pour un peu de boisson ?
– Je ferais n’importe quoi, répondit Loup, mélancolique.
– J’ai un défi pour toi… Tu es un grand archer, pas vrai ?
– Le meilleur de la région !
– Très bien. Prouve-le !, dit Percy qui ne pouvait occulter l’éclair dans ses yeux. Il se trouve que j’ai une pinte de bière à la maison. Si tu vas au coin de la rue, et que de là tu parviens à tirer une flèche entre les yeux du dragon, elle est à toi. Mais si tu manques ta cible, tu me devras une pinte de bière.
– Trop facile !, répondit Loup qui courait déjà à l’emplacement désigné par Percy.

Il devait donc planter une flèche entre les deux yeux du dragon depuis une longue distance. Loup était plutôt fier et avait beaucoup d’assurance, parfois trop. Il se considérait comme le meilleur archer qu’il ait connu. Il se plaça même plus loin que le point indiqué par Percy, pour encore mieux prouver son talent. Il faisait particulièrement chaud ce jour-là, de plus, il n’avait pas vu que le dragon avait l’air assoiffé. En effet, ce dernier arborait une teinte rougie et sa langue dépassait de sa dentition. Loup se concentra, arma une flèche, tira la corde, pointa la flèche en direction du dragon, il attendit une seconde qui lui parut une éternité, juste le temps d’arrêter de bouger et… tira.
Au moment précis où le jeune homme lâcha sa flèche, le dragon ouvrit les yeux et vit la flèche filer vers lui. Pour le dragon, le temps s’arrêta un moment et une grande colère grandit en lui.

L’archer avait touché sa cible. Mais le dragon se leva et retira aisément la flèche à peine rentrée parmi les écailles bordant ses yeux désormais enflammés de colère. C’était un dragon impressionnant, au dos rouge et à la poitrine blanche. En un éclair, il se mit à cracher du feu et à détruire le village.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.