Publicités

Le temps de l’indécence

Le temps de l'indécence

Catégorie : Poésie

Auteur : Lafaille

Résumé : Vers en prose suite aux manifestations des gilets jaunes, de l’incendie de Notre-Dame de Paris, et des dons et promesses de dons.

Note : Politiquement incorrect.

 

 

Le temps de l’indécence

 

 

Je vois des gens
Lutter pour pouvoir
Exister

Du jaune
Dans les rues
Les poussins de la République
Hurlent leur désarroi
Crient leur rage
Dans un délire
Communautaire

Ils s’allient aux pires causes
Et en oublient l’Histoire
Les histoires se mêlent
Se ressemblent

Et quand la cathédrale est en feu
Brûle la colère des dieux
L’indécence est reine
Les œufs ne peuvent éclore
Dans un tel fracas de haine

L’art est résistance
Avec, je ne peux mourir

Le combat ne connaît pas la foule
Cette horde de blessés
Désire travailler

Qu’ils aillent au diable
Je n’ai aucun sens du devoir

Lorsqu’il s’agit d’asservissement
Je n’ai aucun sens de la patrie

Lorsque de la main tendue
On ne lève plus le poing
On tend la main
Au besoin de la dictature

Tout cela n’a aucun sens
Quand on crie à la liberté
Et qu’on n’y rencontre
qu’esclaves aveugles
Aimant les chaînes et la torture
De l’autre qui ne pense pas comme eux
Prêts à tuer son prochain
Pour une bouchée de pain
Prêts à toutes les absurdités
Levant les étendards

Ma lutte n’est pas la vôtre
Je ne peux marcher à côté de vous
Lorsqu’un seul d’entre vous a commis
De tels actes que j’entends la voix du pire

Celle du bouc-émissaire
Je vois beaucoup de jaune
Je m’y perds souvent

La cathédrale a fondu
Des millions collectés
L’humanité s’est effondrée
Dans cette tornade de billets
Je ne peux cautionner la pauvreté des riches

Cette horreur et abject état des lieux
Où le jaune est une blessure au soleil
Et le bleu de la République, une ruine
Et une injure au ciel

Les étendards saignent
Le drapeau blanc dressé
Dans un feu de selfies
L’humanité est engloutie

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.