L’enfance de mon enfance (Partie 5)

Catégorie : 

Biographies et Autobiographies

Auteur : 

Madoumapeter81

Résumé :

De l’enfance à son adolescence, Périclès nous fait état de ses amours, de ses illusions et de ses confusions dans un univers en plein changement. Ainsi il fait une retranscription des errements de la jeunesse rythmant le récit par de nombreux rebondissements tout en transmettant les valeurs positives de l’amour et du pardon.

L’enfance de mon enfance (Partie 5)

Nous nous étions vus au bistrot quelques jours plus tard alors que je revenais du bas quartier, chassé par le ciel s’obscurcissant. Elle était accompagnée de Lydie, une de ses camarades. À nous se joignit Mouckagni Ulrich qui était un voisin et aussi mon médiateur.

D’un geste de la tête, je lui donnai l’ordre de s’écarter de nous tout en lui demandant d’aller prendre quelques billets de banque auprès de ma sœur. Car elle était ma trésorière. Ensuite nous partageâmes un verre avec les deux filles.

Lundi 06 Avril 199…, à cinq heures précisément, je me réveillais en sursaut afin d’accompagner ma bien-aimée.
De retour, j’étais tombé lourdement dans mon lit quand vingt minutes plus tard j’entendis cogner à ma fenêtre.

-Qui est-ce ? dis-je.

-C’est moi ! me répondit-on.

Je pensais à ma sœur Léa. En même temps je me demandais ce qu’elle pouvait bien chercher dans la maison où je dormais à cette heure-là. Malgré la fatigue, je m’étais levé et j’ouvris la porte centrale. À ma grande surprise, c’était Amanda qui était devant moi.

Dans un premier temps j’avais cru qu’elle était revenue prendre la barrette qu’elle avait oubliée. En prêtant plus attention, je vis un garçon d’une importante envergure.

-Mon père veut te voir, dit-elle.

Mon sang ne fit qu’un tour. Mon visage s’inonda de sueur froide mais mon attitude physique restait la même. J’étais reparti à la chambre. Je pris mon polo jaune assorti avec le short que je portais.

Arrivé à l’entrée sinon à la sortie de la barrière, je dépassais le garçon impressionnant de quelques pas avant de répondre à son bonjour. Cette réaction aliénée venait du fait que je n’étais plus moi. Car je n’arrêtais pas de me demander ce que me voulait mon beau-père.

Je jetais un dernier coup d’œil sur ma propriété en espérant que l’un des miens s’apercevrait de ma situation.

-Pourquoi ton père veut-il me voir ? Me connaît-il ?

-Il ne te fera rien. Tu répondras seulement aux questions qu’il te posera, me conseilla Amanda.

Me connaissant, j’étais incapable de deviner d’où me venait ce courage d’aller affronter des inconnus chez eux.

Nous étions arrivés près de la maison. Elle se mit devant et m’ordonna de la suivre. Elle trouva mieux de passer par l’arrière de la maison où la porte était largement ouverte. Elle entra. Je n’osais pas franchir la porte.

Une fois assise, elle m’appela et me céda une chaise près d’elle. Une poignée de secondes après, son père fit son apparition :

-Ha ! Papa ! Donc tu es déjà là ? Il fallait me le dire.

Je le vis rabattre la porte. C’est là que mon sang s’était coagulé. L’homme au corps d’athlète se posa en face de nous. Il me posa la question de savoir si c’était bel et bien moi l’ami de sa fille. J’avais du mal à le lui confirmer. Je restais donc silencieux avant qu’elle ne me fasse signe de répondre. Je répondis de la tête avant de le faire de vive voix.

-Je vais te dire une chose ! Ma fille ne dort jamais à la maison.
Elle passe toutes les nuits hors de cet endroit. Tout cela à mon insu et à ton bénéfice.

-Je n’assume pas cette responsabilité, murmurais-je. Rares sont ces fois où votre fille vient chez moi.

-Nous n’allons pas perdre du temps. Donne-moi ton nom, le nom de ton père et celui de ta mère.

Il sortit une feuille et un stylo en me demandant d’inscrire les trois noms sur un papier. Sagement j’écrivis des noms que je m’étais donnés pendant qu’il ordonnait à Amanda de plier son linge afin d’ y aller avec moi une fois que j’aurais terminé.

Il m’ordonna de mettre le jour du dimanche comme jour du rendez-vous entre les deux familles et de mettre quatorze heures comme heure du rendez-vous puis de signer en dessous.

Au final, il me fit une proposition : soit je partais avec sa fille, soit j’attendais une bonne fois le dimanche quand les deux familles se retrouveraient.

Je ne savais quoi lui dire. Amanda opta pour le dimanche une fois que la question lui fut posée par son papa.

-Si par malheur tu ne respectes pas notre accord, je viendrais te secouer chez toi ! Cela dit, il faut que l’on sache que ma fille est la future épouse du fils de tel et de telle. Plus de cachotteries désormais. On se fait comprendre j’espère, boucla-t-il.

Sur ces mots, il baissa le ton et prit son véhicule puis s’en alla.
Enfin je pouvais ressentir mon sang reprendre sa circulation normale.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s