Les chocolats de Noël

Les chocolats de Noël

Catégorie : Aventure/Action

Auteur : Aurore

Résumé : Ce repas de Noël là, Antoine ne risque pas de l’oublier !

 

 

Les chocolats de Noël

 

 

Ah, Noël, c’est formidable Noël, n’est-ce pas ? On part à la chasse aux cadeaux originaux, on décore son salon, on sourit quand on entend les parents raconter des histoires aux enfants qui croient au Père Noël… Ce que j’aime surtout à Noël, c’est la tradition du panier. Chaque année, un thème est proposé. Il faut trouver un cadeau qui y correspond, puis le mettre dedans. Ensuite, chacun pioche. Fous rires garantis !

En revanche, à Noël, il y a une chose que je déteste : cette avalanche de chocolats. Pour tout vous dire, je n’aime pas le chocolat. Mais vraiment pas du tout. Alors quand je vois tous ces ballotins en décoration sur la table, sans compter les chocolats que l’on nous offre au travail ou ceux proposés en dégustation dans les boutiques : au secours !

Cette année, je prends le train et arrive avec une journée d’avance chez ma tante, chez qui Noël se fêtera. Ce sera enfin l’occasion de découvrir son secret. Oui, chaque année, Tante Astrid nous fait son célèbre plat. Ah, le poulet mexicain de tatie, si vous saviez ! Il est servi sur un lit de maïs, la sauce à part, cette dernière étant bien relevée. Moi, c’est ce que je préfère, son côté piquant, j’adore !

Le matin du réveillon, je m’installe donc avec elle aux fourneaux. Je tiens cette recette d’une vieille dame de Puebla, m’explique-t-elle. Elle la tient elle-même de son aïeule, qui la tient de la nièce d’une Sœur de ce fameux couvent où la recette a été inventée, au XVIème siècle. La recette est donc authentique. Ce type de sauce aurait également été utilisé par les Aztèques, au moment des fêtes. Lorsque le commerce avait été réussi, le village tout entier se réunissait pour en manger. Tandis que je m’occupe de couper l’ail et les échalotes, afin de les faire rissoler dans l’huile de pépins de raisins, ainsi que les tomates pour faire mijoter le tout, ma tante prépare le poulet avec diverses herbes cueillies dans son jardin. La cuisine embaume de tous ces parfums. Mais quelque chose ne va pas. Il manque un je-ne-sais-quoi, je ne retrouve pas l’odeur si familière de son poulet. Ma tante sort alors du placard un paquet brun, qu’elle me précise faire venir tout droit de Puebla. C’est encore meilleur ainsi, m’assure-t-elle. A ce moment précis, je défaille. Ce poulet que j’aime tant, qui enchante à merveille mes papilles, est cuisiné avec cette poudre-là, dans ce paquet. Chaque année, je me régale avec le poulet sauce chocolat de Tante Astrid…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.