fbpx
Publicités

Les enfants de Dana (Partie 2)

Les enfants de Dana

Catégorie : Fantastique/Merveilleux

Auteur : Chloé Garcia

Résumé : Les Grim’Oires sont un peuple pacifique, joyeux et intelligent, à la vie calme et douce. Un jour, leur quotidien est perturbé et la déprime commence à les ronger. Les Grim’Oires s’affaiblissent et se perdent. Dana, leur déesse, saura-t-elle les aider à redevenir eux-mêmes ?

 

 

Les enfants de Dana (Partie 2)

 

 

Personne ne comprenait les retranscriptions des visions incroyables que leur don leur conférait. Celles-ci étaient d’une complexité singulière. Représentées sous forme d’arbres de probabilités mathématiques, les prédictions se composaient de multiples branches dont chacune dépendait d’un état précis, appelé « choix ». Quand une prémonition lui venait à l’esprit, le Penseur savait de quel choix elle dépendait et déterminait ainsi le nœud de départ de la nouvelle branche afin de la dessiner. Le passé et l’avenir s’entremêlaient sans cesse, les ramifications se comptaient par millions et les interprétations s’en trouvaient délicates. Les chemins probabilistes menant à une fin heureuse pour la Terre se faisaient rares.

Optimistes et investis dans leur mission, les Grim’Oires se mirent à fournir conseils et informations au Petit Peuple, grâce à leur pouvoir de clairvoyance. Par ce moyen, ils voulaient continuer à faire avancer les humains dans la meilleure direction possible, sans défier Dana et son code. Bien que les actions des êtres magiques se limitaient à apaiser les douleurs des humains, nettoyer la nature abîmée, insuffler de doux rêves, déposer de la nourriture sur les sanctuaires oubliés pour perpétuer les croyances celtes ou à guérir des blessures superficielles ou spirituelles, elles ne pouvaient faire de mal.

La déesse appréciait cette nouvelle façon de faire et était ravie de les savoir véritablement heureux. Ils l’avaient bien mérité après toutes les souffrances vécues. La jeune immortelle espérait secrètement que cela aiderait également sa mère à apprécier davantage les terriens.

Les Grim’Oires devinrent petit à petit des personnages plus importants. Ils n’avaient jamais eu autant d’interactions que depuis qu’ils ne pouvaient plus aller sur Terre et avaient enfin du temps pour aider les autres Sidhs. Certains Dieux venaient poser quelques questions et repartaient toujours avec davantage de certitudes. Cernunnos, le dieu cornu, apprenait à mettre la puissance féminine et masculine sur un même pied d’égalité et Epona, la déesse des chevaux, commençait à apprécier les courses hippiques. Tout allait pour le mieux et ils croyaient en un avenir radieux pour eux et leurs petits protégés.

Jusqu’au jour où il se passa un phénomène rarissime. Un des Conseillers n’avait pas trouvé de créatures magiques à alimenter en tâches depuis près de deux jours et s’en trouvait extrêmement malheureux. Sa joie l’avait complètement déserté. Les Grim’Oires faisaient face au phénomène de la déprime et les cas se multiplièrent. Ils savaient soulager les gens mal en point mais se trouvaient impuissants face aux yeux larmoyants, crises d’angoisse et autres états apathiques.

Les absences du Petit Peuple s’amplifiaient chaque jour davantage. Personne, même leurs pairs, n’était capable de dire où étaient passés les malheureux soudainement volatilisés. Des korrigans, nymphes, dryades, fées, gnomes, leprechauns et autres trolls manquaient à l’appel. Le cercle des Penseurs ne signalait pas de prophéties nouvelles annonçant la fin des Sidhs et de leurs habitants. Leurs visions étaient-elles troublées ? Dysfonctionnaient-elles ? Sans elles, arriveraient-ils à se sentir utiles ?

Les Grim’Oires se réunirent et décidèrent d’un plan d’urgence. Comprendre ce qui se passait devint la priorité absolue. Des groupes se formèrent et à chacun fut attribué des tâches. Chercher dans les bibliothèques comment se rendre sur Terre puis enquêter sur place, trouver des méthodes pour consoler les déprimés, étudier le dysfonctionnement des visions, appeler Dana et lui demander conseils, réfléchir à d’autres solutions… Le peuple entier s’activait.

Les recherches ne donnaient rien et la déesse ne répondait pas à leurs appels. Inquiets et perdus, ils se sentirent abandonnés. La déité avait toujours été là pour eux et, plus qu’une source de réconfort, ils la considéraient comme leur mère et leur protectrice. Après plusieurs jours d’efforts, une forme indistincte finit par se dessiner au milieu d’un des pentacles grossièrement dessinés. Lug apparut. Ses longs cheveux blonds emmêlés et sa mine à la fois grave et désolée, le faisaient ressembler à n’importe quel autre mortel. Voûté, la majesté de sa carrure paraissait éteinte. Telle une canne, il s’appuyait sur son arme. Recouverte de sang, sa belle et grande lance reflétait les derniers rayons du soleil.

Publicités

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.