Les perles de Nasya (Partie 16)

Les perles de Nasya

Catégorie : 

Fantastique/Merveilleux

Auteur : 

Lim

Résumé :

Les gens de la ville ont peur des enfants. C’est pourquoi ces derniers vivent dans des pensionnats clos jusqu’à leur maturité.
Les douze élèves sélectionnés en classe de dernière année sont isolés du reste des enfants, puis présentés à quatre professeurs, chargés de les préparer à des vérités volontairement cachées. Ils suivent les cours sous une surveillance armée. Apprennent l’histoire de NASYA, leur monde ; la raison pour laquelle un dôme l’enveloppe entièrement. Étudient leurs rêves – ébauches de vies antérieures – à partir de perles conçues durant leur sommeil.

Les Perles de Nasya (Partie 16)

– Voici la première question de l’année, dit Monsieur Brun. Je trouve cela très excitant, pas vous ? Alors, voyons : « Pourquoi y a-t-il deux professeurs d’histoire-géographie ? ». Mmh, c’est une parfaite introduction en la matière. Je vous le concède, c’est une question tout à fait légitime.
Monsieur Brun essuya lentement les coins de sa bouche avec ses doigts.
– En vérité, j’ai répondu à la question en vous parlant de Monsieur Zirmi. Nous avons deux méthodes d’enseignement radicalement opposées et par conséquent complémentaires ; vous le constaterez rapidement. Ensuite, c’est une matière très peu développée au pensionnat, car elle regroupe les principales informations que l’on a soigneusement évité de vous apprendre.
Monsieur Brun envisagea la classe. Il savait par expérience que les élèves ne réagiraient pas tant qu’il ne dévoilerait pas ce secret. Et qu’ils n’en auraient pas la force après coup. En attendant l’inévitable, il sélectionna une autre question.
– « À quoi ressemble NASYA ? »
Monsieur Brun dessina dans la toile de verre faisant office de tableau les trois régions de cette petite planète et ses frontières. Il y avait la région Épargnée à l’ouest, là où ils vivaient – et que seuls les privilégiés avaient eu la chance de découvrir. Bordée par la mer, et constituée des plus importantes campagnes et forêts.
Jolinar, la grande capitale, d’où s’élançait la Tour Royale, se trouvait dans la région Écornée. La mer suivait ses côtes au nord. Son territoire était plus petit, mais les villes étaient riches et prospères.
Enfin, la région de l’est : la région Dévastée. L’incohérence de son relief en faisait un milieu hostile : des montagnes, des crevasses, des grottes. La vie y était rude, les villes, pauvres. La mer se jetait dans les gouffres sans fond qui entouraient cette vaste contrée en perpétuelle reconstruction.
– « Où se trouve le réfectoire ? Il fait faim. »
Quelques rires bienvenus détendirent l’atmosphère.
– Intéressant, admit Monsieur Brun, mais hors de sujet. Bon, puisque je suis censé vous informer de l’heure du déjeuner, il faut composer le vingt-cinq zéro huit sur le grand miroir pour vous rendre au réfectoire. Voilà une bonne chose de faite.
– « Quelle est l’origine de l’armature en carbyne enveloppant NASYA ? » Nous nous approchons, c’est émoustillant ! J’aimerais connaître l’auteur de la question pour le remercier, mais on va respecter le jeu de l’anonymat. Bien.
Je vous la rapporte comme une fable, mais vous saurez, quand vous récupérerez votre perle d’âme à la cérémonie de fin d’études, que c’est une histoire véridique. Je m’égare et j’en dis trop. Pas de début de migraine ? Ça va venir. Bien.
Sachez que sans ce dôme, la belle NASYA aurait cessé d’exister avant même ce qu’on appelle la première génération. Et nous aussi, évidemment. La construction a été commanditée par le roi Volcis et a débuté trois générations avant la première génération. Le premier édifice fut la Tour Royale, elle aussi faite de carbyne, le métal le plus solide connu à ce jour. Cela prit une génération pour élever la Tour jusqu’à la plus haute atmosphère de NASYA. Elle servit bien entendu de trône royal, mais surtout de pilier, de base inébranlable pour l’armature qui devait englober la planète entière. Une génération supplémentaire a été nécessaire pour la confection de cent mille plaques, qui épuisa les ressources en carbyne de NASYA.
Le successeur du roi Volcis procéda à l’assemblage final du dôme lors d’une cérémonie émouvante et d’une communion intense avec son peuple. Les adieux à la lumière naturelle du soleil, les adieux à l’espace – avec toute la richesse des mondes qui le compose. Bienvenue l’autarcie, bienvenue la solidarité du peuple.
L’origine de cette construction : pourquoi le roi Volcis a-t-il engagé une construction si pénible, qui allait complètement changer le mode de vie de son peuple ?
Monsieur Brun vérifia qu’il avait bien capté l’attention de toute la classe avant de continuer.
– Eh bien parce que les astronomes de l’époque lui avaient rapporté une déchirante nouvelle : NASYA allait être littéralement engloutie par le Chéol, une créature cyclopéenne légendaire ! Elle voguait très lentement dans l’espace sidéral à la recherche d’un mythe qui dépassait le sien : le Vrai Monde. Le Chéol dévorait tout ce qui se trouvait entre lui et son dessein.
Nasya était sur son passage ; tous les scientifiques avaient recommencé les calculs de trajectoire des centaines de fois en arrivant toujours à cette conclusion fatale. Même les probabilités de changement de cap suite à une intervention de l’armée ne donnaient aucune issue favorable. C’était inéluctable, la mort arrivait. Quand ? avait demandé le roi Volcis. Dans trois générations au maximum, lui répondirent les astronomes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :