Une nouvelle ère (Partie 3)

Catégorie :

Fantastique/Merveilleux

Auteur :

Chloé Garcia

Résumé :

Depuis que le Graal a été retrouvé par Arthur et ses chevaliers, le monde magique se meurt. Éoline, la nouvelle grande prêtresse d’Avalon, cherche des conseils avisés auprès de la déesse Mère, pour éviter que tout ce qu’elle a connu ne se fonde dans les ténèbres de l’obscurantisme.

Une nouvelle ère (Partie 3)

Leurs premiers pas n’avaient pas été de tout repos. Des arbres leur avaient bloqué la route et leurs branches sournoises les avaient catapultées dans les airs. Les prouesses agiles d’Arya avaient permis aux deux femmes de s’échapper de justesse pour atterrir sur un tas de feuilles opportun, et éviter ainsi une chute vertigineuse qui aurait brisé leurs jambes, ou bien pire. Quelques heures plus tard, alors que le duo tournait en rond depuis plusieurs minutes, Éoline avait compris que la forêt s’était transformée en labyrinthe. Merlin l’enchanteur, le conseiller, l’ami et l’allié, se montrait bien vil et affichait clairement son besoin d’isolement. Arya avait combattu des créatures cornues entre deux allées du dédale et avait reçu un mauvais coup dans la cuisse droite. Éoline l’avait soignée et avait été heureuse de s’être montrée utile. Elle ne savait pas se battre et culpabilisait d’avoir insisté avec autant d’ardeur. Les femmes avaient surmonté cette épreuve et avaient continué leur chemin, espérant que Merlin ne serait plus très loin.

Derrière son buisson, la jeune elfe observait avec attention un écureuil immobile, autour duquel elle sentait virevolter une aura magique. Il bloquait l’accès à un pont et le duo n’avait pas trouvé de passage plus praticable. Large, la rivière houleuse au courant incroyablement puissant et parsemée de rochers, semblait peu propice à la nage. Arya se doutait d’un piège et interdit à Éoline d’approcher plus avant. Le soleil marquait un cercle précis autour de cet animal, le rendant parfaitement visible dans ce petit coin de forêt perdu. Les nuages semblaient s’accorder pour que seule cette petite chose attire l’œil et que le reste soit dans l’ombre. La guerrière ne pouvait s’empêcher de le trouver mignon mais ne devait pas faire confiance à ce qu’elle voyait. Les informations qu’elles avaient glanées leur avaient signalé une présence dans le nord-est de la forêt et elles approchaient enfin du but, après plusieurs jours de marche et de déboires.

Arya réfléchit à toute vitesse et tenta des contresorts, sans effet. Elle ne se rappelait pas avoir déjà vu des écureuils statiques auparavant et l’aura lumineuse ne trompait pas. Merlin leur barrait encore le passage. Elle encocha une flèche et visa derrière l’écureuil. La flèche le frôla et alla percuter un arbre dans un fracas assourdissant. Plusieurs feuilles tombèrent et l’animal ne bougeait pas. La guerrière tendit l’oreille. Quelqu’un approchait. Elle se retourna vivement et vit qu’Éoline s’était rapprochée alors qu’elle ne lui en avait pas donné l’ordre. La grande prêtresse regardait ailleurs, tout en avançant et en projetant ses mains en avant. Mécontente, Arya savait qu’elle ne pourrait empêcher la Dame d’Avalon de se mêler de cette histoire et se prépara à l’invectiver quand elle vit des étincelles sortir de ses mains. L’elfe vérifia la posture de l’écureuil et rien n’avait changé. Elle reporta son attention sur la magie d’Éoline qui, concentrée, avait créé une boule d’énergie pure qui flottait au-dessus de ses doigts.

La grande prêtresse, dans un effort visible par la sueur sur son front et ses traits plissés, envoya son orbe vers l’écureuil qui se mit enfin à gigoter. Il détecta la magie, s’en délecta puis se transforma. Arya retint un cri de stupeur. Le mignon petit écureuil venait de se transformer en un immense troll des forêts et sa massue mesurait au moins deux fois sa taille. Éoline , toujours appliquée, fit avancer l’orbe et l’éloigna vers la gauche, dans un ultime effort pénible. Le troll grogna, faisant trembler le sol, se redressa et poursuivit la boule magique, écrasant arbres et buissons sans remord. La guerrière rejoignit Éoline et la prit par le bras avant de se mettre à courir vers la passerelle. La grande prêtresse avait du mal à avancer et trébuchait sans cesse, ralentissant le duo terrifié. Arya admirait la Dame du Lac. Déployer d’aussi grands pouvoirs en terres mortelles était assez difficile d’autant plus que Brocéliande s’alimentait de la magie des visiteurs, les affaiblissant volontairement. La grande prêtresse tomba et gémit de douleur.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.