Une nouvelle ère (Partie 4)

Catégorie :

Fantastique/Merveilleux

Auteur :

Chloé Garcia

Résumé :

Depuis que le Graal a été retrouvé par Arthur et ses chevaliers, le monde magique se meurt. Éoline, la nouvelle grande prêtresse d’Avalon, cherche des conseils avisés auprès de la déesse Mère, pour éviter que tout ce qu’elle a connu ne se fonde dans les ténèbres de l’obscurantisme.

Une nouvelle ère (Partie 4)

Les cris du troll se rapprochaient et Arya commença à paniquer. L’orbe avait dû se dissoudre, la prêtresse n’ayant pas pu maintenir plus longtemps son sortilège. Elles n’étaient arrivées qu’à la moitié du pont. L’elfe ne réfléchit pas longtemps et décida de porter Éoline. La cuisse de la guerrière la faisait encore souffrir mais l’adrénaline et l’instinct de survie la maintenaient droite dans sa course folle pour échapper au monstre qui hurlait dans la forêt. Arya soufflait bruyamment pour évacuer sa peine et continua sa course même après avoir traversé la rivière. S’éloigner du troll était sa seule priorité. Après quelques minutes, elle s’arrêta et déposa Éoline sur un rocher plein de mousse. L’elfe s’affala sur le sol pour apaiser son cœur et se calmer. Cet enchanteur lui tapait sur le système. Elle ferma les yeux quelques instants et se concentra sur sa respiration. Le silence s’installa, entrecoupé par les cris déçus du troll, qui ne pouvait pas quitter sa zone de garde, et agrémenté par les chants amusés des oiseaux espions.

– J’en ai assez de jouer avec vous et je ne viendrai pas avec vous !

Cette voix caverneuse réveilla Arya qui ouvrit les yeux. L’homme qu’elle voyait ne ressemblait pas à la description qu’on lui avait faite. Entre deux âges, il avait une fine barbe peu soignée, des pommettes basses, une mine éteinte et un regard las. Sa cape grise, trouée de part en part, le recouvrait à peine et le vieillissait. Arya le jaugea quelques secondes avant de tourner la tête vers Éoline qui se levait péniblement. La grande prêtresse lui adressa un regard plein de reconnaissance, associé à un timide sourire, et hocha la tête. « Alors, nous l’avons trouvé », pensa Arya qui se mit elle-aussi sur ses pieds.

– Merlin, commença Éoline. Dana requiert ta présence, je t’en supplie. Notre monde se meurt, je…
– Je sais ! la coupa brutalement l’homme encapuchonné. Je suis au courant de tout, Éoline ! Mes yeux sont partout et rien ne m’échappe. Arthur m’a exilé et remplacé par cet évêque Patricius de malheur. Viviane est mourante. Morgane, que j’avais juré de protéger, doit me haïr. Ma quête est terminée. J’ai échoué. Une puissance obscure se joue de nous et je ne parviens pas à la localiser. Je comptais venir au conseil de Dana une fois que j’aurais trouvé de quoi il pouvait s’agir.
– De quelle puissance obscure parles-tu ? questionna Éoline, à la fois soulagée que Merlin soit au courant des projets de Dana et inquiète des perceptions du magicien.

L’enchanteur la fixa d’un regard perçant.

– Arthur n’aurait jamais dû trouver le Graal. Le Graal a toujours été une image spirituelle, l’objectif de toute une vie, une quête inaccessible donnant un sens à notre existence. Cette coupe ridicule, que j’ai eue sous les yeux, ne renferme que le mal et sa signature est claire. Elle manipule les esprits et les tourmente, mettant la Bretagne à feu et à sang, pour une divinité perfide, incarnée par des religieux avides de pouvoir et de richesses, qui ne respectent pas les enseignements de leur Dieu, qui prône l’amour et le partage.

Arya et Éoline buvaient les paroles de Merlin. La grande prêtresse aimait écouter ce sage, dont les idées et les dires regorgeaient de réflexions, de connaissance ancestrale et d’ouverture d’esprit. Les paroles du magicien tournaient dans la tête de la Dame d’Avalon qui commençait à mieux percevoir la situation. Naïvement, la jeune femme avait toujours maudit les préceptes du christianisme en oubliant les fondements de leur religion et leurs premières années de cohabitation qui s’étaient pourtant très bien passées. Malheureusement, des hommes avaient érigé des barrières et leur montée en puissance avait tout ravagé sur leur passage. Les femmes savantes étaient devenues des ennemies et les adeptes de l’ancienne tradition se faisaient massacrer s’ils ne se convertissaient pas. Le monde avait basculé dans le chaos et l’apparition du Graal avait aggravé les choses. Plus elle y réfléchissait, et plus les idées de Merlin prenaient sens. Une puissance obscure semblait être à l’œuvre et avait créé le Graal pour manipuler les mortels. Qui pourrait vouloir d’un monde aussi noir et manichéen ? Serait-ce cette entité, qu’ils nomment Dieu unique ? Ou voulait-on leur faire haïr davantage la chrétienté afin d’entamer les hostilités ? Éoline se perdait en conjectures.

– Tu dois venir avec nous, Merlin. Nous avons besoin de toi. Ta déesse te le demande et Viviane doit aussi venir avec nous, dit Arya, peu amène et pressée d’en finir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.