Un instant avec Dieu (Partie 3)

Catégorie : 

Fantastique/Merveilleux

Auteur : 

Chiaramarino

Résumé :

Quand Dieu apparaît…

Un instant avec Dieu (Partie 3)

– Zéphyr !
– Je ne suis qu’un chat…
– Reste !
– L’office va se terminer. J’ai deux mots à dire à mon maître…
– Ton maître ? Mais qui parle, alors ? réagit Anne.
– Mon maître, ou mon serviteur. Ça dépend de quel point de vue on se place. Maintenant, excusez-moi. Mais souvenez-vous : je vous aime…
Et le chat entra dans l’église, dont la porte était en train de s’ouvrir.
– Zéphyr ! Que fais-tu là, mon chat ?! fit le père Gandelin, qui précédait la procession.
– J’aurais deux mots à te dire, rétorqua Dieu, et le prêtre manqua de lâcher son goupillon.
– Qui a parlé ?
– Zéphyr ! lança tout le monde dans un bel ensemble.
– Il nous a fait une très belle messe ! ajouta Jules.
– J’ai eu un très beau câlin avec Dieu, fit Justine avec un joli sourire. Et il m’a promis de beaux enfants avec mon fiancé.
– Et Léa a retrouvé son doudou.
– Il nous a tant donné ! dit la dame au tricot.
– Dieu ne peut être qu’un chat, dit Micheline. Vous devriez l’écouter.
Le père Gandelin faillit s’offusquer, mais choisit de rester digne, et ne dit rien.
– Rendez-vous dans la sacristie, lui dit son chat. En vous attendant, j’espère qu’il y a des croquettes dans ma gamelle ?! Les miracles, ça creuse…
Presque tous rirent, mais le père Gandelin tint son rôle, et mena Gérard Cousin dans son ultime demeure. Quand tous furent partis, triste et fulminant à la fois, il se rendit à la sacristie. Pour commencer, Zéphyr se frotta à ses jambes.
– Toi aussi tu manques d’amour, Albert, dit-il.
– Oh… Ne me fais pas penser à mes parents…
– Ce n’est pas ça qui me préoccupe, de toute façon. Mais tu as été très maladroit, en virant les soi-disant mécréants.
– Soi-disant ?!
– Sais-tu à qui tu parles ?
– Es-Tu vraiment Dieu ?
– Je me suis incarné dans ton félin, pour ramener tout le monde à la raison. On ne croit plus de la même façon, Albert.
– J’ai passé soixante ans, je suis de la vieille garde, reconnut le prêtre tout en essuyant ses lunettes dans un pan de sa soutane.
– Il faut faire revenir les gens dans l’Amour, celui avec un A majuscule. Quel que soit l’endroit. Ne fais plus jamais ça ! Je te sais caractériel, mais tout de même !
Humblement, le père Gandelin cessa de frotter ses lunettes, et s’agenouilla devant le chat.
– Pardonne-moi, mon Dieu.
– Oui, je te pardonne. Juste une dernière chose, Albert : ton chat a fini ses croquettes, et il a encore faim.
– Puis-je Te caresser, moi aussi ?
– Je suis ton chat….
Et Zéphyr se roula par terre, montrant son ventre. Et tous deux eurent un long câlin sur le sol de la sacristie, dans la poussière…

FIN

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.