Une vie de chat (Partie 4)

Une vie de chat

Catégorie : Aventure/Action

Auteur : Chiaramarino

Résumé : A un moment clef de la vie de sa maîtresse, un chat se pose des questions…

 

 

Une vie de chat (Partie 4)

 

 

17 juillet.

Eurêka ! Et vive la sieste ! Cette nuit, pendant que ma maîtresse rêvera, je saurai quoi faire, me connecter à elle. Déjà, j’ai fait un essai ce matin. Les humains font de drôles de rêves, vous savez… Pas de mulots, ni de pleine lune, ni d’oiseaux… Il faut que je m’accorde avec ma maîtresse. Je vais m’y entraîner toute la journée.

 

Quelques heures plus tard.

– Allô, Christine Leblanc ? Ici Haroun, Haroun speaking, m’entends-tu, depuis la quatrième dimension ?

– Haroun Tazieff ?

– Non, Haroun Leblanc ! Ou veux-tu connaître mon nom secret ?

– Oh, chaton, veux-tu me dévoiler qui tu es ?

– Pas Haroun Tazieff en tout cas. Qui est-ce, au fait ?

– Un grand géologue qui a travaillé sur les volcans. Tu sais peut-être que je suis passionnée de géologie… entre autres choses. Les forces chthoniennes. Tu me comprends ? Tu me parles !

– Oui, maintenant je te comprends, je suis tout ouïe. Tu es sûre que tu vas bien ? Je ne te vois pas dans ton état normal…

– Je suis soulagée, car je ne travaille plus. Maintenant, je vais rester avec toi. Et m’occuper de mes petits-enfants, ici ou ailleurs.

– Oh, c’est chouette, mais qu’appelles-tu… travailler ?

– Faire une activité qui me permet de gagner de l’argent pour payer les factures et tes croquettes, par exemple. C’est pour ça que tu ne me voyais pas toujours, ça prend du temps de travailler.

– Mais si tu ne travailles plus, ça veut dire que je n’aurai plus de croquettes ?

– Ne t’inquiète pas. Le système dans lequel on vit, ici en France, permet d’avoir encore de l’argent une fois à la retraite, mais un peu moins. Le fait d’avoir eu, puis élevé trois enfants me donne aussi des droits.

– Oui, les femelles, mais alors… les mâles sont désavantagés ?

Christine éclate de rire.

– Ils gagnent souvent plus que leurs conjointes. Les… femmes s’occupent des enfants, de la famille.

– Et qu’est-ce que la retraite ?

– C’est le fait de ne plus travailler. Je vais être comme toi, Haroun, libre de faire ce que je veux de mes journées ! Je pourrai rester ici à lire, par exemple. Tu aimes, quand je lis, n’est-ce pas ?

– Oh oui ! Qu’est-ce que c’est chouette ! Alors je ne vais plus t’attendre pendant des plombes ?!

– Comme tu dis ! Tiens, que dirais-tu d’un gros câlin ? Tu es si mignon, avec ton ventre tout blanc, et ta trombine de petit lion !

– Alors nos ondes s’accordent tout à fait ! Oh, quel bonheur ! Où est ta main ?

– Viens, petit Haroun.

 

18 juillet.

Qu’est-ce que c’est bon ! Le giron de ma maîtresse, ses longs cheveux gris qui chatouillent mes oreilles… Oh, je crois que je vais me rendormir de bonheur…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.