« Le lavoir » par Frédérique

Jadis, dans les plus petits endroits retirés des villages, se trouvaient des endroits qui réunissaient les femmes.

Ces endroits avaient été créés pour laver le linge.
Le linge d’autrefois avait l’odeur des prairies, bercé par le vent.
Il était battu à terre, pressé, étendu, brassé dans des grandes bassines. Ce linge était de la couleur de la vie quand un petit être naît. Blancheur et pureté que l’eau des ruisseaux permettait d’éclaircir.

Les femmes des alentours se retrouvaient à l’heure dite pour embrasser le temps ensemble. Les heures défilaient et les rires […].

Pour lire la suite, il faut être abonné ! C’est par ici !

Share this Post